IoT, Mobile

Annoncé depuis 2015, Google a enfin sorti la première version de son OS dédié à l’Internet des Objets : Android Things. Que contient cet OS ? Que propose-t-il ?

Qu’est-ce qu’Android Things ?

Il s’agit en réalité du projet Brillo annoncé lors de la Google I/O de 2015. Le but était simplement de connecter les appareils de votre maison avec des hardwares compatibles Brillo. Le projet qui avait disparu des conférences Google depuis presque 3 ans, est revenu en 2018 sous le nom d’Android Things.

Android Things est une plateforme qui vous permet de créer objets connectés grâce à une version modifiée d’Android. Le but est de créer un réseau IoT au coeur de votre maison pour relier tous les appareils entre eux (exemple : capteur de pluie, régulateur de température, etc.), cette plateforme vous permet de rendre votre maison connectée. Le but est exactement le même que Brillo, selon les communautés de développeur, ce projet était trop ambitieux lors de son annonce en 2015.

Mais alors, comment ça marche ?

Android things est composé de trois grands axes : l’OS, les mises à jours régulières, et le hardware. Vous devez donc en premier lieu vous munir d’un hardware IoT compatible avec Android things, la liste complète est disponible sur le site officiel d’android, mais en voici quelques uns :

NXP i.MX8M
Qualcomm SDA212
Qualcomm SDA624

Une fois votre hardware en main, vous devrez aller sur la plateforme d’Android Things pour télécharger le SDK adéquat : celui-ci vous permettra de développer des applications pour vos appareils IoT.

La plateforme propose également une console qui vous permettra d’installer ou de mettre à jour régulièrement les bundles de vos applications sur les composants adéquats.

Enfin, sachez que pour rendre sa plateforme compatible au maximum, Google a annoncé des partenariats avec de grandes entreprises du secteur des nouvelles technologies tel que LG, JBL, IHome ou encore Lenovo.

Nous proposons d’autres articles sur le thème des nouvelles technologies, cliquez ici pour accéder à notre blog.

Partager

Twitter Linkedin

Vous serez peut-être aussi intéressé par :

vignette de l'article portant sur la balise des pages AMP

du javascript personnalisé dans les pages AMP ?

Lors de la conférence AMP 2019 qui s’est déroulée le 17 avril dernier à Tokyo, Google a dévoilé plusieurs nouveautés au sujet de son format de page mobile AMP (Accelerated Mobile Page), dont trois majeures. La première concerne la technologie signed HTTP exchange qui permet d’afficher l’url canonique d’une page sur une page AMP. La deuxième quant à elle concerne la mise en place d’un carrousel dédié aux AMP stories dans la page de résultat du moteur de recherche. Et la troisième, qui constitue le sujet de cet article concerne la révélation d’une balise permettant d’insérer du javascript personnalisé (custom javascript) dans une page AMP.
Avant de parler du custom javascript dans AMP, nous aborderons également les nouvelles fonctionnalités en terme d’UI apportées à AMP.

Capacitor : utilisez des plugins natifs dans vos applications Ionic

Au premier coup d’œil, on pourrait croire à une réponse d’Ionic à React Native, mais cette fois-ci, le framework dédié aux applications mobiles a préféré se tourner vers les PWA. Découvrez cette semaine Capacitor : le nouvel outil open source d’Ionic qui vous propose de créer des NPWA (des PWA en natif).

Kotlin : le nouveau partenaire Java d’Android ?

A l’issue de la Google I/O 2017, Google a présenté un tout nouveau langage de programmation pour les applications Android : Kotlin. Doit-on s’attendre à une révolution du développement Android ?